Faux plafond

Coût moyen10€/m²
Illustration travaux

Le faux plafond est l'un des chantiers rois de la rénovation : il permet une meilleure isolation des anciennes bâtisses et permet à moindre coût d'appliquer une nouvelle décoration. Son installation est relativement simple et financièrement abordable pour un rendu efficace et rapide.

Illustration
Comparez les pros près de chez moiTrouvez en 3 clics un pro qualifié dans votre ville.
Comparez

Pourquoi installer un faux plafond ?

Le faux plafond est un vrai compagnon de la rénovation. Très souvent utilisée dans les restaurations de maisons anciennes, la création d'un faux plafond n'exige pas un chantier faramineux, ni en temps, ni en main-d’œuvre, ni en argent.
Il peut être très rapidement posé par des professionnels du bâtiment. Vous pouvez également tenter votre chance, mais il vous faudra être au moins deux pour la manutention des plaques et armatures. Le plus sérieux reste de faire appel à des pros.

Grâce aux faux plafonds, il est possible :

  • De répondre à des objectifs de confort thermique par l'isolation en abaissant la hauteur sous plafond : le volume à chauffer devient alors moins important
  • D'améliorer les performances en termes d'isolation phonique du haut vers le bas et du bas vers le haut pour un confort acoustique global
  • De masquer les irrégularités et imperfections d'un plafond abîmé
  • De changer la décoration en apportant un design bien plus moderne que l'ancien plafond
  • De créer un plénum, c'est-à-dire un espace technique entre plafonds et faux-plafond pour y faire passer des câbles ou cacher des canalisations

Pour réaliser cet aménagement intérieur, il existe trois grandes possibilités.

Illustration
Besoin d'installer/réparer un faux plafondComparez des devis gratuits des pros près de chez vous.
Comparez

Faux plafond : trois versions possibles

Selon l'objectif principal de votre faux-plafond, confort acoustique, confort thermique ou dissimulation d'un ancien plafond abîmé, vous pouvez prendre trois directions différentes.

Le plafond suspendu

Le vocabulaire fait de ce faux-plafond un plafond. Mais abus de langage ou pas, ce plafond suspendu est bel est bien un faux-plafond venant se suspendre à l'existant.

Il s'agit le plus souvent d'une ossature métallique qui est fixée par des suspentes sur le plafond supérieur.  La structure peut également être réalisée en bois.

Une fois l'ossature métallique en place y sont placés généralement des isolants styles rouleaux de laine de roche puis sont fixés aux rails des plaques de placo. Le choix de l'isolant dépend aussi de ses performances en isolation acoustique.

Le but principal des faux plafonds suspendus est de réduire l'espace en hauteur à des fins d'isolation phonique et thermique.

Dans de nombreuses anciennes maisons, les plafonds sont très hauts, parfois jusqu'à 3,50 mètres. Les plafonds suspendus permettent de redescendre cette hauteur aux environs de 2,75 mètres, voire 2 m 50.

La pose du plafond suspendu en plaques de plâtres

Il s'agît déjà de déterminer la hauteur souhaitée, entre votre sol et le faux plafond et de tracer cette mesure.

Le choix de la longueur des suspentes à installer sera alors déterminant. Les suspentes existent en longueurs variables pour les différents modèles et suivant qu'elles soient en aluminium ou en bois.

Les suspentes sont ces petites pièces fixées verticalement au plafond existant qui permettent de soutenir l'ensemble de la structure.

La chronologie à respecter :

  1. Dimensionnez votre projet, prenez les mesures et réalisez les tracés
  2. Fixez les suspentes aux dimensions souhaitées sur le plafond existant
  3. Construisez l'ossature avec cornières, rails et fourrures
  4. Placer les rouleaux d'isolation
  5. Montez les plaques
  6. Place aux finitions

Le faux plafond tendu

Plus souvent réalisé dans des buts de décorations ou d'apports d'éclairage que dans un but de confort thermique, le faux plafond tendu est le plus souvent constitué d'une toile thermoplastique en PVC (Polychlorure de vinyle) extensible. Ce peut être également un voile ou vélum.
Celle-ci est tendue entre chacun des quatre murs de la pièce où elle est fixée sur des profilés, généralement en aluminium. Une fois en place, elle cache totalement le plafond existant.

Cette installation est plus complexe que pour les plafonds suspendus. Elle demande de la technicité et le savoir-faire de professionnels.

Aujourd'hui, certaines toiles pour plafond suspendu disposent de caractéristiques permettant l'absorption acoustique et améliorant également le confort thermique.

S'il est bien posé et donc bien tendu, il est très difficile de faire la différence avec d'autres faux-plafonds.

Le plafond tendu est conseillé pour les cuisines et les salles de bain et globalement toutes les pièces humides, puisque le PVC, imperméable, imputrescible et parfaitement étanche ne craint pas l'humidité. Un coup d'éponge suffit pour le nettoyage.

La pose d'un faux plafond tendu

Cette pose très technique peut s'effectuer soit à chaud, afin de travailler la toile thermoplastique ou à froid, si le matériau le permet. Dans les deux cas, il est important que l'opération soit menée par des professionnels spécialisés dans ces types d'installations.

  • La pose à chaud implique la dilatation et la mise en tension du vélum qui doit donc être thermoextensible.
    La toile est alors maintenue aux extrémités par des crochets ou autres procédés (harpons, crochets, etc.) afin d'être tendue au maximum.
    Une fois en place, de l'air chaud (entre 40 et 50°) est propulsé avec une pompe à chaleur depuis le bas vers le haut pour que la toile soit assouplie. Le PVC réduit sa surface initiale de 10 % sous l'effet de la chaleur et se tend donc au maximum pour un rendu parfait.
  • La pose à froid doit se faire en utilisant une toile en polyester et polyuréthane et non avec un voile PVC.  Le matériau est plus résistant et plus rigide. Il dispose également de performances intéressantes en termes d’absorption acoustique.
    La toile est fixée par des crochets aux extrémités puis tendue à l'aide d'un outil spécial de type spatule.
    Il sera nécessaire de procéder à des découpes qui seront dissimulées lors des finitions.

Le faux plafond autoportant

Moins réputé que les deux autres styles de faux plafonds, le système autoportant consiste à créer une épaisseur de mur à mur, sans utiliser de suspentes. Ce sont des rails fixés sur deux murs en vis-à-vis et sur lesquels viendront se clipsés.

Des plaques de placo viendront se poser en se fixant par vissage.

Le plafond autoportant permet une pose rapide et s'avère un procédé isolant quand il existe un plancher chauffant à l'étage supérieur puisqu’aucune suspente ne risque de percer le plafond existant.

Il est également idéal pour cacher le plafond abîmé ou pour l'isolation thermique, à condition que les matériaux composant cette dernière ne soient pas trop lourds. Préférez donc des matériaux d'isolation légers style laine de roche.

La pose d'un faux-plafond autoportant avec plaques de plâtre

Le système autoportant s'articule comme suit :

  1. Dimensionnez le projet, prenez les mesures et réalisez les tracés sur les deux cloisons en vis à vis
  2. Fixez les rails sur les deux murs en vis à vis
  3. Installez tous les montants nécessaires à la structure
  4. Placez les rouleaux d'isolants
  5. Montez les plaques
  6. Place aux finitions

En résumé, voici les principales informations concernant les faux plafonds :

Les types de faux plafondsMatériauxAvantagesInconvénientsPrix moyen, pose comprise
LES DIFFÉRENTS FAUX PLAFONDS : PRIX, AVANTAGES ET INCONVÉNIENTS
Plafonds suspendus
Ossature métallique ou bois, plaques de placo, dalles, bois
De nombreux matériaux pour un choix large de finitions
Peut supporter différents types d'isolants
Idéal pour luminaires intégrés
Permets un espace technique (conduits et canalisations)

Nécessite un plafond support solide
Être au moins deux pour mise en œuvre en privilégiant l'appel aux pros
De 80 à 130 euros le m²
Faux-plafonds tendus
PVC (pose à chaud) ou polyester (pose à froid)
Très esthétique, aspect moderne, beaucoup de coloris
Permets des éclairages design
Simple à remplacer
Entretien facile
Installation complexe
S'il dispose de caractéristiques, ne dois pas être une priorité pour un confort acoustique et thermique
De 70 à 100 euros le m²
Faux-plafond autoportant
Montants et plaques de placo
Idéal en rénovation sur plafond ne pouvant supporter des suspentes
Pose rapide
Isolants légers possibles
Permet un espace technique (conduits et canalisations assez légères)
En termes d'isolation acoustique ne protège pas des transmissions latérales
De 60 à 110 euros
Illustration
Combien coûterait mon faux plafond ?Les tarifs peuvent varier selon votre projet et votre ville.
Estimez

Des aides financières possibles

Dans le cas où la pose de votre faux-plafond soit associée à de forts travaux d'isolation thermique, vous pourrez peut-être bénéficier du crédit d impôt de transition énergétique (CITE).

Ce dernier permet aux contribuables français de défalquer de leur déclaration fiscale jusqu'à 30 % du montant total des travaux de rénovation entraînant une forte économie énergétique.

Ces aides sont sous conditions. Le bien concerné par cet aménagement intérieur doit être construit depuis plus de deux ans, le chantier doit être réalisé par un artisan estampillé RGE (reconnu garant de l’environnement). C'est d'ailleurs lui qui pour vous renseigner sur les aides possibles.

Le CITE est plafonné à 8 000 euros pour une personne seule et à 16 000 euros pour un couple.

Illustration
Estimez le prix pour installer votre faux plafond !Les tarifs peuvent varier selon votre projet et votre ville.
Estimez